Le Groupe Ecrevisses Bourguignon

Le Groupe Ecrevisses Bourguignon

En Bourgogne, il y a environ dix ans, le nombre de stations à écrevisses autochtones connues ne dépassait pas la dizaine. A partir de 1992, quelques populations d’Ecrevisses à pattes blanches ont été redécouvertes dans le Morvan. Ces nouvelles données ont incité le Parc Naturel Régional du Morvan à prospecter dès 1994 les ruisseaux et rivières du massif (MAHIEU et PARIS, 1998). De son côté, le Conseil Supérieur de la Pêche au travers de ses brigades départementales avait également engagé un travail de prospection dans différents bassins (MARACHE, 2000). Ces premières observations ont confirmé la disparition de certaines populations et la fragilité du statut de l’espèce.

De ce constat, il s’avère que la connaissance de la répartition géographique actuelle des écrevisses et plus particulièrement des espèces françaises soit un élément essentiel dans les politiques de gestion et de restauration de ces écrevisses.

Depuis 2000, sous l’impulsion du Parc naturel régional du Morvan et l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques, plusieurs organismes (Conseil Supérieur de la Pêche, Parc Naturel Régional du Morvan, Direction Régionale de l’Environnement de Bourgogne, Agence de l’Eau Seine-Normandie, Fédérations Départementales pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique, Société d’Histoire Naturelle d’Autun, Office National des Forêts, Conseil Régional de Bourgogne) regroupés au sein du Groupe Ecrevisses Bourguignon (GEB) ont engagé un programme régional commun de prospection. Après la vérification des données historiques, le travail, encore en cours, consiste en une prospection systématique du réseau hydrographique de Bourgogne. Ces prospections sont réalisées majoritairement de nuit ou lors de pêches électriques.

Les différents partenaires du Groupe Ecrevisses Bourguignon ont engagé un programme de travail visant :

  • à standardiser la collecte des informations sur les populations d’écrevisses en Bourgogne,
  • à organiser et coordonner des prospections,
  • à réaliser une base de données pour le stockage des données et pour la diffusion des informations aux membres du GEB, aux administrations et à toutes les structures susceptibles d’instruire des dossiers liés aux milieux aquatiques,
  • à intégrer les données dans les zonages d’intérêt écologique bourguignons et européens,
  • à mettre en œuvre des actions de protection et/ou de restauration des habitats.

Le but de ce groupe de recherche qui rassemble plusieurs organismes compétents en matière de protection du milieu aquatique en Bourgogne, près de 30 personnes, est la connaissance de la répartition et des habitats des écrevisses autochtones en vue de leur préservation.

L’analyse de l’ensemble des informations recueillies a pour objectif de fournir aux membres du GEB, aux administrations et aux structures susceptibles d’instruire des dossiers liés aux milieux aquatiques des données cartographiées sur le statut et la répartition des écrevisses et notamment de l’Ecrevisse à pattes blanches en Bourgogne.

Initiation d’actions de protection et de restauration

Les connaissances acquises par le GEB permettent actuellement de mieux identifier les enjeux pour la préservation des espèces autochtones. Ainsi, la création de nouvelles Zones Naturelles d’Intérêts Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) a pu être proposé.

Les connaissances acquises ont également permis l’extension de zone Natura 2000 en Bourgogne.

L’établissement d’un Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope départemental sous l’impulsion de la Fédération Départementale des Associations de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de l’Yonne a vu le jour dans l’Yonne afin de préserver les dernières populations d’Ecrevisses à pattes blanches de ce département.

Ces connaissances permettent également de mieux prendre en compte les petits ruisseaux dans les aménagements et d’engager des actions de préservation. Il s’agit par exemple de mesures agri-environnementales, d’expériences avec les forestiers ou encore l’appui et l’aide dans le cadre des actions du programme LIFE NATURE « Ruisseaux de têtes de bassins et faune patrimoniale associée » (méthodes alternatives d’exploitation forestière, ouvrages de franchissement des cours d’eau, protection des berges et restauration de la ripisylve, mise en place d’abreuvoirs, aménagements de buses…).

Ecrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) © Nicolas Varanguin

Le Groupe Ecrevisses Bourguignon © SHNA Poster scientifique sur l'écrevisse à pattes blanches © SHNA

Vous pouvez participer !

Pour être tenus informés des journées d’inventaire ou de suivis des populations, n’hésitez-pas à nous contacter !

Contacts :
Damien LERAT – shna.damien@orange.fr – 03 86 78 79 38