Enquête sur les hirondelles et martinets

Enquête sur les hirondelles et martinets
1er mars au 31 juillet

Comme chaque année, le printemps est marqué par le retour des hirondelles. Après un long périple de plusieurs milliers kilomètres, en provenance d'Afrique où elles ont passé l'hiver, ces insectivores reviennent chez nous pour nicher. Parmi les quatre espèces d'hirondelles présentes en Bourgogne, deux espèces sont communes et dépendantes de notre patrimoine bâti pour l'élaboration de leurs nids.

Hirondelle rustique

L'hirondelle rustique est la première à revenir dans nos contrés. Elle est reconnaissable à son plumage, sombre à reflets bleutés sur le dessus, son ventre blanc, sa gorge rouge. Sa queue fourchue pourvue de longs filets lui donne une silhouette typique. Préférant les milieux ruraux, on la retrouve à l’intérieur des bâtiments (grange, étable, garage...) où elle construit son nid en forme de coupe ouverte sur une poutre, à l'aide de boue et de paille.

Hirondelle de fenêtre

L'hirondelle de fenêtre construit un nid constitué de boulettes de boues et de salive, sur la façade des bâtiments, au niveau des angles des fenêtres ou des avancées de toit. On l'observe ainsi plus souvent en ville, ou dans les bourgs des villages. Le dessous de son corps est totalement blanc, le dessus est sombre excepté son croupion blanc à la base de la queue qui contraste nettement avec la coloration de son dos. Sa queue est moins échancrée que l'hirondelle rustique

Martinets noirs

Les Martinets noirs sont les derniers arrivés. Espèce grégaire, on les observe mi avril en bande, effectuant des rondes aériennes composées de virages et de virevoltes acrobatiques ponctués de cris stridents. Sa silhouette typique, longues ailes fines en forme de faux et ses très courtes pattes, le prédestine à une vie aérienne quasi exclusive. Citadin, le nid est situé le plus souvent à plus de 5 mètres de haut dans une anfractuosité de bâtiment, souvent dans les fissures des édifices tels que les églises et autres grandes bâtisses anciennes.

Quels sont les statuts de ces espèces ?

Même si la situation semble se stabiliser actuellement, une régression des effectifs nicheurs d'hirondelles a été observée ces dernières décennies (-39% en France depuis 1989 pour l'hirondelle rustique ; -40% en Bourgogne pour l'hirondelle rustique entre 1962 et 2013). Les menaces, en plus de la mortalité naturelle, sont liées directement à l'homme (utilisation des insecticides, destruction volontaires des nids, destruction des zones humides, ...).

Participer à cette enquête permet donc d'améliorer la connaissance sur la répartition de ces espèces en Bourgogne afin de mieux préserver ces régulateurs naturels d'insectes volants (moustiques, mouches, …). Toutes les espèces d'hirondelles et de martinets et leur habitat sont protégées en France. Il est donc interdit de porter atteinte à ces oiseaux et de détruire leurs nids. Il existe de nombreux de conseils pour bien cohabiter avec ces espèces qui vous sont proposés dans les fiches SOS oiseaux ci-dessous.

Voici les espèces les plus fréquemment observés faisant partie de l'enquête :

Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) © Ludovic Jouve
Voir la fiche encyclopédique

Hirondelle rustique (Hirundo rustica) © Daniel Bourget
Voir la fiche encyclopédique

Martinet noir (Apus apus) © Ludovic Jouve
Voir la fiche encyclopédique

Pour participer à l'enquête

Saisissez vos observations d'hirondelles et martinets en vous rendant dans "les enquêtes en cours" ci-dessous. Si l'enquête n'est pas en cours actuellement, rendez-vous ICI sur E-observations.