Sympétrum fascié

Sympetrum striolatum (Charpentier, 1840)

Classification

  • ClasseInsectes
  • OrdreOdonata
  • FamilleLibellulidae
  • GenreSympetrum
  • Espècestriolatum
  • Nom scientifiqueSympetrum striolatum
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations

Taille de l'adulte : 35-44 mm
Longueur de l'aile postérieure : 24-30 mm

Classification

Classe : Insectes
Ordre : Odonates
Sous-ordre : Anisoptères
Famille : Libellulidés
Genre : Sympetrum
Espèce : striolatum
Nom scientifique : Sympetrum striolatum

Morphologie

Le Sympétrum strié est un anisoptère assez massif d’une quarantaine de millimètres de long. Il est de couleur dominante rouge-orangé, tirant sur le jaune chez les femelles et les immatures. Les mâles sont globalement rouges avec le thorax strié de jaune et de rouge. L’espèce possède peu de noir au-dessus du front et ressemble aux autres espèces du même genre, ce qui peut prêter à confusion. L’exuvie et le dernier stade larvaire sont trapus et de petite taille avec des épines sur le dessus de l’abdomen.

Habitat

Les larves se développent dans la végétation aquatique ou sur le fond des étangs, des mares, des gravières, des bras morts, et des zones peu courantes des cours d’eau. L’espèce préfère les endroits ensoleillés et tolère une légère pollution de son milieu. Les mâles sont souvent observés perchés dans la végétation ou posés sur le sol. Comme la plupart des espèces du genre, le Sympétrum strié est capable de se déplacer sur de très longues distances.

Reproduction et cycle de développement

La femelle pond ses œufs en tandem ou seule, dans la lame d’eau libre et parfois sur les rives. Ceux-ci éclosent au bout de quelques semaines ou bien entrent en diapause pour n’éclore qu’au printemps suivant. La phase larvaire qui comprend une dizaine de stades, dure entre 5 mois et un an. Les émergences ont lieu pendant la même période que le vol des adultes c’est-à-dire entre la fin du mois de juin et la fin du mois de novembre. Les adultes de ce Sympétrum sont souvent les derniers individus d'anisoptères que l'on peut voir actifs à l'automne en Bourgogne.

Régime alimentaire

Les adultes comme les larves sont des carnivores. Les larves de libellulidés chassent de préférence à l'affût, cachées dans les racines de la végétation rivulaire plongeant dans l’eau, dans les plantes aquatiques ou bien dans les sédiments au fond de l’eau. Elles attaquent les petits invertébrés qui passent à leur portée. Les adultes sont capables d'attraper des proies volantes ou posées (diptères le plus souvent, mais aussi parfois des agrionidés).

Relation avec l’Homme

Le Sympétrum strié ne bénéficie d’aucun statut de protection. Il n’est pas menacé de disparition, en Bourgogne comme en France.

Réseau trophique

Les larves peuvent être victimes d’autres invertébrés aquatiques (dytique par exemple, voire larves d’aeshnidés), des poissons, des amphibiens (tritons, larves de salamandre), des oiseaux ou des micromammifères (musaraigne aquatique). Quelques oiseaux et araignées tissant une toile font partie des prédateurs des imagos.

Répartition géographique

Le Sympétrum strié est une espèce commune en France. En Bourgogne l’espèce est assez commune, elle peut se retrouver un peut partout sur le territoire régional. Sa répartition incomplète reflète en partie un manque de recherche.

Photothèque Sympétrum fascié
Sympétrum strié (Sympetrum striolatum)
Sympétrum strié (Sympetrum striolatum)
Sympétrum strié (Sympetrum striolatum)
Sympétrum strié (Sympetrum striolatum)
Sympétrum strié (Sympetrum striolatum)
Ajouter un média
Bibliographie Sympétrum fascié

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

AGUILAR (D’) J., DOMMANGET J. L., 1985, Guide des Libellules d’Europe et d’Afrique du Nord, Ouvrage, Delachaux et Niestlé, Paris et Lausanne : 341 pp.

DIJKSTRA K. D. B., 2007, Guide des libellules de France et d’Europe, Ouvrage, Delachaux et Niestlé, Paris : 320 pp.

DOUCET G., 2011, Clé de détermination des exuvies des Odonates de France, Document technique, Société française d’odonatologie : 64p.

DURANEL G. & RUFFONI A., Vendredi 5 août 2011, Un plan d’action au secours des demoiselles, Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre : 1

GRAND D., 2009, Les Libellules et le réchauffement climatique, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 9 : 124-133

GRAND D., BOUDOT J.P., 2006, Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg, Ouvrage, Biotope, Mèze, (Collection Parthénope) : 480 pp.

Groupe Odonates Bourgogne, RUFFONI A. (coord.), 2014, Atlas préliminaire des odonates de Bourgogne (Odonata). Version 2014, Rapport, Société d’histoire naturelle d’Autun, Société française d’Odonatologie : 43 p. + annexes

RUFFONI A., Dimanche 12 juillet 2015, Demoiselles recherchent appartement, Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre : 1

RUFFONI A., Dimanche 27 avril 2014, Libellules, belles demoiselles de l’air, Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre : 1

RUFFONI A. & MAGNIN D., 2012, L’atlas des odonates de Bourgogne, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 16 : 24-41

VARANGUIN N. & SIRUGUE D., 2007, Inventaires des odonates patrimoniaux en Bourgogne, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 5 : 66-80

VARANGUIN N. & SIRUGUE D., 2003, Les Odonates, Bulletin d'Association, Feuille de Neomys, Société d’histoire naturelle d’Autun, 7 : 14-15