Rainette verte

Hyla arborea (Linnaeus, 1758)

Classification

  • ClasseAmphibiens
  • OrdreAnura
  • FamilleHylidae
  • GenreHyla
  • Espècearborea
  • Nom scientifiqueHyla arborea
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations
Morphologie

Taille : 3-5 cm

Avec une peau lisse de couleur vert pomme, une très petite taille, la Rainette verte a plutôt bonne presse, même si elle est le plus souvent invisible aux yeux du plus grand nombre ! Le bout de ses doigts est doté de ventouses qui lui permettent de grimper sur des surfaces lisses et verticales. Son ventre est blanc et granuleux, il n’est pas rare d’observer des individus de couleur brune. La bande marron qui remonte à l’arrière de ses flancs peut être absente chez cette Rainette, qui ressemble alors à sa cousine méridionale. Les têtards sont caractéristiques, verdâtres et transparents, avec des yeux en position latérale et une très haute nageoire.

Habitat

La Rainette verte est une espèce arboricole, crépusculaire et nocturne, qui fréquente les eaux stagnantes présentant une végétation aquatique souvent riche : mares abreuvoir, forestières et des villages bien ensoleillées, étangs, plus rarement les canaux, prairies humides et inondées. Il semblerait que la végétation haute sur le pourtour immédiat des points d’eau ne soit pas un élément indispensable à sa présence. Elle utilise également pour sa reproduction les queues d’étangs riches en végétation, les fossés, bras morts, gravières, sablières ou carrières abandonnées. Elle peut émettre son chant ou chasser parfois à plusieurs mètres de hauteur dans les branches.

Reproduction

La Rainette verte n’est pas si discrète car son chant très sonore et rapide « kouec-kouec-kouec... », qui la différencie de la Rainette méridionale, peut porter à plusieurs kilomètres. Les chœurs, qui peuvent compter plusieurs dizaines, voire même plusieurs centaines de mâles chanteurs, à l’imposant sac vocal, sont assourdissants. L’activité de reproduction de cette Rainette débute en mars et se prolonge en mai, mais des chants particuliers sont signalés régulièrement entre septembre et début octobre. Les mentions des pontes sont rares, les œufs sont déposés en paquets accrochés à la végétation. Les larves sont observées entre mars et septembre.

Régime alimentaire

Les adultes se nourrissent principalement d’insectes, de leurs larves, et d’araignées.

Relation avec l’homme

La disparition des mares et autres points d’eau, la destruction des milieux de reproduction et l’isolement des populations par fragmentation de l’habitat (disparition des haies, axes routiers etc.) sont les principales menaces pesant sur l’espèce. La dégradation de la qualité des milieux par la fréquentation du bétail, des canards, du Ragondin et des poissons peut également être préjudiciable à la Rainette. Il est probable que son chant assourdissant lui valle parfois de voir les mares qu’elle occupe être comblées. La Rainette verte est protégée par la loi française, c’est également une espèce déterminante ZNIEFF en Bourgogne et « d'intérêt communautaire » à l'échelle européenne (inscrite à l’annexe IV de la Directive Habitats-Faune-Flore).

Réseau trophique

Les têtards sont des proies faciles pour les poissons et les larves d’insectes, les adultes peuvent être mangés par les serpents (couleuvres).

Répartition géographique

La Rainette verte a une large distribution, elle occupe toute l'Europe, à l’exception de la région méditerranéenne. Malgré cela, la situation de cette espèce est défavorable dans de nombreuses régions françaises. C’est l’espèce typique du bocage bourguignon et de ses denses réseaux de mares abreuvoir, on la rencontre dans les quatre départements. Les populations identifiées les plus importantes se trouvent en Puisaye. En Côte-d’Or, la dépression argileuse de Terre Plaine, de l’Auxois et du Pays d’Arnay accueille également des populations remarquables et est un des secteurs majeurs pour la préservation de l’espèce en Bourgogne. Le val et la plaine de Saône sont occupés, mais la Rainette verte pourrait s’y raréfier en raison des atteintes assez importantes à certains milieux. Assez commune en Morvan, elle semble plus abondante dans les bocages de périphérie.

Photothèque Rainette verte
Rainette verte (Hyla arborea)
Rainette verte (Hyla arborea)
Rainette verte (Hyla arborea)
Rainette verte (Hyla arborea)
Rainette verte (Hyla arborea)
Rainette verte (Hyla arborea)
Hyla arborea (61 Petits Riaux) CR
Bain de soleil matinal
Hyla arborea (71 Auxy) CR
Ajouter un média
Bibliographie Rainette verte