Murin de Daubenton

Myotis daubentonii (Kuhl, 1817)

Classification

  • ClasseMammifères
  • OrdreChiroptera
  • FamilleVespertilionidae
  • GenreMyotis
  • Espècedaubentonii
  • Nom scientifiqueMyotis daubentonii
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations

Taille : 43-55 mm
Envergure : 240-275 mm
Poids : 6-12 g

Classification

Classe : Mammifères
Ordre : Chiroptères
Famille : Vespertilionidés
Genre : Myotis
Espèce : daubentonii
Nom scientifique : Myotis daubentonii

Morphologie

Petite chauve-souris aux grands pieds et aux oreilles courtes, le Murin de Daubenton présente un museau de couleur brun-rosé s’éclaircissant avec l’âge. Chez les jeunes individus, ce museau sera plutôt brun-gris. Le pelage dorsal est brun-gris tandis que celui du ventre est blanc-grisâtre, les oreilles sont brun foncé avec l’intérieur s’éclaircissant vers la base. Ce Murin possède des pattes massives et de grands pieds mesurant environ la moitié du tibia lui permettent d'attraper des insectes à la surface de l'eau. Son espérance de vie est de quatre ans et demi en moyenne.

Habitat

Bien que fortement lié aux milieux aquatiques (étangs, lacs, cours d’eau) où il chasse les insectes à la surface de l'eau, le Murin de Daubenton est également observé en forêt où il peut chasser en lisière. Les colonies de mise bas étant étroitement liées au réseau hydrographique et à la proximité de l’eau, on rencontre souvent l'espèce sous des ponts, dans des arbres creux et parfois dans des bâtiments situés à proximité, des milieux humides. Cette espèce s'accroche rarement dans le vide mais recherche plutôt les espaces étroits pour se cacher. Se collant à la paroi ou s’enfonçant dans les anfractuosités, elle hiberne dans les cavités souterraines d’octobre à avril, habituellement en solitaire ou en petits essaims. Très sédentaire, les déplacements observés entre le gîte d'hiver et le gîte d'été ne dépassent guère 100 km.

Reproduction

Les accouplements ont lieu généralement dans les quartiers d'hiver de septembre au printemps. Dès le mois de mai, les femelles se rassemblent dans les sites de parturition pour former des colonies de quelques individus à plusieurs dizaines. Elles peuvent changer de gîte à de nombreuses reprises. Les petits, un par femelle, naissent à la mi-juin et quittent le gîte dès leur quatrième semaine. Beaucoup seront matures dès l’automne.

Régime alimentaire

Le Murin de Daubenton part en chasse dès le coucher du soleil au-dessus des plans d'eau. C’est un opportuniste, son régime alimentaire est composé essentiellement de Diptères (moustiques), de Trichoptères et de Lépidoptères, qu’il capture d’un vol rapide et habile au ras de l’eau à l’aide de ses ailes ou de son uropatagium en guise d’épuisette et consomme en volant.

Relation avec l’homme

Cette espèce n’est pas menacée mais est protégée en France et inscrite à l’annexe IV de la Directive Habitats-Faune-Flore. Elle bénéficie également d’une protection dans le cadre des Conventions de Berne et de Bonn. La conservation de gîtes lors de la rénovation des ponts de même qu’une gestion forestière incluant la présence d’arbres à cavités et la limitation de l’assèchement des zones humides constituent des moyens de préserver les populations de cette espèce.

Réseau trophique

Les rapaces nocturnes et les chats sont les principaux prédateurs de cette espèce. Des prédations par les renards ont aussi été recensées.

Répartition géographique

Le Murin de Daubenton est présent dans toute l’Europe, jusqu’en Scandinavie au nord et en Grèce au sud, avec des densités de populations plus fortes près des zones favorables. L’espèce est répandue en Bourgogne, notamment en Châtillonnais et en Morvan, où il se rencontre sous plusieurs ponts. Bien que relativement commune sur le département de Côte-d’Or, ses populations ont tendance à diminuer.

Photothèque Murin de Daubenton
Murin de Daubenton
Murin de Daubenton (Myotis daubentonii)
Murin de Daubenton
Ajouter un média
Bibliographie Murin de Daubenton

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

ARTHUR L. & LEMAIRE M., 2009, Les chauves-souris de France, Belgique, Luxembourg et Suisse, Ouvrage, Biotope, Mèze (Collection Parthénope) ; Muséum national d’Histoire naturelle, Paris : 544 p.

Conservatoire des sites naturels bourguignons, 2002, Guide des espèces protégées en Bourgogne, Ouvrage : 176p.

DIETZ C. & KIEFER A., 2015, Chauves-souris d’Europe. Connaître, identifier, protéger, Ouvrage, Delachaux et Niestlé S.A., Lausanne-Paris : 400p.

DIETZ C., VON HELVERSEN O. & NILL D., 2009, L’encyclopédie des chauves-souris d’Europe et d’Afrique du Nord. Biologie, Caractéristiques, Protection., Ouvrage, Delachaux et Niestlé, Paris : 400 p.

ROUÉ S.G. , 2006, Partons à la découverte de ces petits mammifères, les chauves-souris, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 2-16

ROUÉ S.G. & SIRUGUE D., 2006, Plan régional d'actions chauves-souris en Bourgogne, PRA, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 17-100

ROUÉ S.G. & SIRUGUE D., 2003, Les chauves-souris, Bulletin d'Association, Feuille de Neomys, Société d’histoire naturelle d’Autun, 7 : 6-7

ROUÉ S.G. & SIRUGUE D., 2000, 2001 et 2002, Les chiroptères, Bulletin d'Association, Feuille de Neomys, Société d’histoire naturelle d’Autun, 4, 5 et 6 : 8-13

SIRUGUE D., ROS J. & BRENOT P., 2006, Les chauves-souris du Morvan et de la Bourgogne : II. Les espèces gîtant sous les ponts, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, Hors-série 1 : 154-155