Lézard des souches

Lacerta agilis Linnaeus, 1758

Classification

  • ClasseReptiles
  • OrdreSquamata
  • FamilleLacertidae
  • GenreLacerta
  • Espèceagilis
  • Nom scientifiqueLacerta agilis
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations
Morphologie

Taille : jusqu’à 27 cm

Aussi appelé « Lézard agile » bien que ce soit le moins agile de nos lézards, le Lézard des souches a une silhouette trapue, une tête et une queue relativement courtes. Les flancs sont ornés d’ocelles blanchâtres bordés de brun ou de noir, la bande brune sur le dos est parfois absente. Le dimorphisme sexuel est marqué chez cette espèce : le mâle, à la tête plus massive, présente des flancs verts tachetés de noir alors que la femelle a les flancs gris-brun tachetés de noir. Le mâle est souvent confondu avec le Lézard vert occidental, mais le Lézard des souches n’a jamais la gorge bleue.

Habitat

Ce lézard plutôt lent est adapté aux climats contrastés continentaux et aux milieux plus frais que le Lézard vert occidental. Il apprécie les zones à végétation herbacée assez haute. Il habite les milieux secs comme les rocailles, les talus ensoleillés, les broussailles, mais aussi les prairies sèches, les haies et lisières de forêts. On le rencontre également dans nos jardins et vergers, parfois en forêts de feuillus. Le Lézard des souches apprécie les sols meubles, sableux à graveleux, lui permettant de creuser des terriers où s’abriter et hiverner.

Reproduction

La période d’accouplement a lieu au printemps. Les femelles creusent dans la terre ou dans du paillage pour pondre leurs œufs, à la fin du printemps. Ceux-ci éclosent dès août, après une durée d’incubation de six semaines à plusieurs mois.

Régime alimentaire

Le Lézard des souches se nourrit de divers insectes et d’Araignées, qu’il capture le jour.

Relation avec l’homme

La dégradation des habitats (déprise rurale, enrésinement, gestions inadaptées, urbanisation, piétinement des sites de reproduction etc.) constitue la principale menace pour le Lézard des souches. Comme pour les espèces fréquentant les talus de bords de routes, les opérations de fauche peuvent être néfastes en détruisant les animaux directement ou leurs abris. Le Lézard des souches est protégé par la loi française, c’est également une espèce déterminante ZNIEFF en Bourgogne et « d'intérêt communautaire » à l'échelle européenne (inscrite à l’annexe IV de la Directive Habitats-Faune-Flore).

Réseau trophique

Les prédateurs du Lézard des souches sont nombreux. Hormis la Coronelle lisse et quelques oiseaux (rapaces, Corvidés), les Mammifères sont les principaux : Chat domestique, Renard roux, Hermine…

Répartition géographique

C’est une espèce médio-européenne largement distribuée en Europe mais peu observée et dont la répartition en France est morcelée. Assez rare en Bourgogne où ses effectifs ont vraisemblablement régressé, il occupe cependant une grande partie du Morvan et est présent sur d’assez nombreuses régions naturelles.

Photothèque Lézard des souches
Lézard des souches - Lacerta agilis
Lézard des souches - Lacerta agilis
Ajouter un média
Bibliographie Lézard des souches