Secoue ta branche !

Retour à la liste

Enquête : Secoue ta branche !

Curieux de petites bêtes et photographes amateurs devraient trouver leur compte dans cette enquête sur les Coccinelles et Longicornes ! Jusqu'au 30 septembre, la Société d'histoire naturelle d'Autun s'intéresse à ces jolis insectes pour améliorer leur connaissance en Bourgogne.

Longi-quoi ?

Les Longicornes (Cerambycidae) sont des insectes dont la plupart des larves se nourrissent de bois mort et dont les adultes sont notamment caractérisés par leurs longues antennes atteignant souvent, et dépassant parfois, la longueur du corps. Deux espèces présentes en Bourgogne sont notamment protégées : le Grand Capricorne (Cerambyx cerdo) et la Rosalie des Alpes (Rosalia alpina). Nous connaissons environ 150 espèces sur la région.

Les Coccinelles (Coccinellidae) sont des coléoptères connus de tous. Mais pour beaucoup cela se limite à la classique Coccinelle à 7 points (Coccinella septempunctata). Pourtant il existe de nombreuses espèces de coccinelles avec des couleurs et tailles variées. La plupart des coccinelles sont des prédatrices, notamment considérées comme auxiliaire par les jardiniers, mais ce n’est pas le cas de toutes. Nous connaissons environ 50 espèces sur la région.

Pogonocherus hispidus ©Mathurin Carnet

Halzia sedecimguttata © Mathurin Carnet

Comment les trouver ?

Beaucoup des espèces qui nous intéressent ont des mœurs arboricoles, certaines sont même inféodées à des essences précises.

Une méthode peut donc être privilégiée pour inventorier en partie ces deux groupes : le battage !

La technique est simple :

  • choisir un arbre ou arbuste en feuilles (ou un résineux) avec des branches à portée de main.
  • Installer dessous une « nappe de battage » aussi appelé parapluie japonais. Un drap ou une serviette blanche fera aussi très bien l’affaire.
  • Secouer la branche ou taper énergiquement dessus avec un bâton, pour faire tomber tous ses habitants sur votre drap.
  • Une fois les feuilles écartées, il suffit de capturer les insectes qui nous intéressent. Attention : certains insectes vont rapidement décoller pour s’enfuir (surtout lorsqu’il fait chaud), tandis que d’autres vont rester immobile et faire les morts.
Battage de Lierre © Hélène Chevalier

Comment déterminer ?

Pour les non spécialistes, envoyez-nous la photo! nous pourrons vous aider pour la détermination et vous expliquer en image les différents critères.

Une photo prise de dessus est un minimum pour la détermination. L’idéal étant de placer le coléoptère sur un papier à petit carreau pour pouvoir avoir les informations sur la taille et les proportions. Si jamais l’individu s’échappe avant d’être posé pour la séance photo, pensez à noter immédiatement une estimation de la taille !


Si vous avez prit des photos dans d’autres circonstances, n’hésitez pas à les envoyer !

Pour partager vos observations :

  • Rendez-vous sur E-Observation, l'outil de saisie en ligne, et connectez vous/créez votre compte.
  • Renseignez le nom de l'observateur, la date, le lieu précis à 50m près, le nom de l'espèce (ou cocher la case "Je ne connais pas l'espèce")
  • Ajoutez une photo
  • Dans le champs commentaires, renseigner l'essence de l'arbre prospecté
  • Envoyez votre observation

Pour tous renseignements, contacter Mathurien Carnet, bénévole de la Société d'histoire naturelle d'Autun et expert de ces insectes : mathurin.carnet@gmail.com