[PARTICIPER] Pelotes, pelotes, pelotes !

Retour à la liste

Pelotes, pelotes, pelotes !

Dans son travail sur l'Atlas des mammifères sauvages de Bourgogne, la Société d'histoire naturelle d'Autun s'intéresse tout particulièrement aux pelotes de réjections. Comment les récolter, où et comment nous les faire parvenir ?

Un protocole d'inventaire disponible pour tous !

Toujours dans l'objectif d'un Atlas participatif, nous avons mis à disposition un protocole expliquant à chacun comment prélever des pelotes de réjection pour qu'elles soient utilisables par les spécialistes de notre association.

Pour consulter ce protocole, rendez-vous sur la page de l'Atlas des mammifères de Bourgogne

Où trouver des pelotes ?
L'avantage des pelotes de réjection produites par les chouettes, c'est qu'elles sont faciles à trouver ! C'est particulièrement le cas de celles de l'Effraie des Clochers, cette chouette blanche qui niche dans les granges, et bâtiments abandonnés de nos villages. On trouve aussi ses pelotes dans les clochers et combles de certains châteaux, parfois accessibles en demandant aux communes.

Que faire des pelotes récoltées ?

Après les avoir gardées 48 h dans un contenant hermétique au congélateur - afin d'éliminer les insectes qui s'y trouvent, vous pourrez nous signaler votre récolte par le formulaire E-Observations.
Il suffira de pointer sur la carte le lieu de votre récolte et de préciser qu'il s'agit de pelotes dans les commentaires. Nos spécialistes pourront alors soit venir les récupérer, soit vous demander de leur envoyer selon les possibilités.

Participer à une prospection de pelote

Les 15 et 16 septembre dernier était organisé le premier week-end de prospection mené dans la Nièvre, sur le secteur de Prémery (58). Les deux salariés de la Société d'histoire naturelle d'Autun accompagnés de onze bénévoles ont prospecté pas moins de 35 églises et chapelles, 18 châteaux et plus de 67 bâtiments privés ! Deux chouettes, une Effraie des clochers et une Chevêche d'Athéna ont même été aperçues.
Les pelotes ainsi récoltées ont permis de compléter les connaissances de 8 secteurs de Bourgogne.

En plus des pelotes, les chauves-souris, elles aussi locataires de nos habitations, sont recherchées lors de ces prospections. 52 nouveaux sites accueillant ces mammifères volants ont ainsi été recensés, dont une majorité étant utilisée pour la mise-bas.

PParticipants du week-end de septembre © Société d'histoire naturelle d'Autun
A la recherche des pelotes © Paul Lagrave